Je ne vis que pour toi d’Emmanuelle de Boysson

Valentine jeune fille bretonne de bonne famille épouse Antoine Beauregard avec qui elle s’installe à Paris. Très vite, la jeune fille qui caresse des ambitions littéraires, est introduite dans les meilleurs salons où elle rencontre Proust, Colette, la comtesse Greffulhe et bien d’autres. C’est là qu’elle fait la connaissance de Natalie Clifford Barney, une belle américaine qui collectionne les amantes. Valentine succombe, mais devra faire face à l’infidélité de sa Natty, tandis qu’en parallèle sa carrière littéraire décolle et qu’elle s’émancipe doucement.  

Emmanuelle de Boysson a choisi de prendre un personnage fictif, Valentine, et de la plonger au cœur d’un monde tout à fait réel puisque la majorité des personnages qu’elle croise ont effectivement existé. C’est ainsi que Valentine va être immergée dans ce monde littéraire qu’elle admire, mais aussi dans un monde fait de plaisirs dont Natalie va lui ouvrir les portes.   

Comme j’aime beaucoup cette époque ainsi que Colette dont j’ai lu des biographies, l’œuvre et les correspondances, j’ai déjà croisé Liane de Pougy, Mathilde « Missy » de Morny, Natalie Clifford Barney et plusieurs de leurs contemporaines. Je n’ai donc rien appris sur ces femmes libres qui jouissaient sans entraves et revendiquaient leur liberté avec panache. Par ailleurs j’ai été gênée par la manière assez scolaire dont sont exposées les biographies de chacun des personnages qui entrent en scène. Leur faire prendre systématiquement la parole pour raconter les grandes lignes de leurs vies, voire de leurs œuvres, m’a semblé assez factice et cela coupe le rythme et l’élan du récit.  

« “– Natty, je t’ai aimée comme on n’aime qu’une fois dans sa vie. Tu m’as voulue, j’ai résisté, j’ai cédé, tu m’as révélée à moi-même et j’ai tout accepté, je t’ai tout donné. Dans un accès de faiblesse, je t’ai même dit que je ne vivais que pour toi.” » 

Mais Emmanuelle de Boysson sait parfaitement rendre les affres de la jalousie que ressent Valentine et décrire l’évolution de ce personnage qui, de jeune ingénue, deviendra femme accomplie et capable de vengeance. Natalie Clifford Barney n’est pas ici à son avantage ! Voilà une femme qui semble bien manipulatrice, jouant sur plusieurs tableaux et n’aimant rien tant que le moment de la conquête pour ensuite abandonner ses amantes et passer à la suivante. Emmanuelle de Boysson nous dresse au contraire le portrait d’une Colette pleine de bienveillance pour sa cadette, Valentine, qu’elle conseille et soutient dans ses entreprises d’écriture.  

J’ai apprécié l’atmosphère qu’a créé l’auteure, à la fois très sensuelle mais aussi pleine de liberté et d’insouciance dans cette époque entre deux guerres. Ainsi que ces portraits de femmes qu’elle fait et qui montre leur soif de liberté, leur besoin d’indépendance vis-à-vis de maris qui semblent dépassés par ce qui leur arrive et le soutient qu’elles se prêtent les unes aux autres même si cela ne va pas parfois sans quelques rivalités. 

Bref, un livre qui se lit avec facilité et avec plaisir malgré les quelques petites réticences exposées ci-dessus.   

Je ne vis que pour toi – Emmanuelle de Boysson (Editions Calmann-Lévy – septembre 2020) 

3 commentaires sur “Je ne vis que pour toi d’Emmanuelle de Boysson

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s