Les villes de papier de Dominique Fortier

Que sait-on de la poétesse Emily Dickinson ? Apparemment pas grand chose. Une date de naissance, le 10 décembre 1830 et une date de décès, le 15 mai 1886. Entre les deux, qu’elle a toujours vécu dans la même maison située à Amherst dans la Massachusetts, avec ses parents jusqu’à leurs morts et avec sa sœur Lavinia qui comme Emily ne s’est pas mariée. Une enfance entre une sœur et un frère, Austin, de qui elle semble proche. Des poèmes qu’elle ne voulut jamais faire publier bien qu’elle les ait donnés à lire et qu’elle conserve dans les tiroirs de sa commode. Une vie solitaire mais une solitude choisie et assumée, au milieu d’un jardin dont elle contemple la faune et la flore.  

Ce sont toutes ces informations que Dominique Fortier livre en filigrane dans un récit qui ne peut pas complètement se lire comme une biographie mais plutôt comme la quête d’une femme qui écrit elle-même et qui cherche à définir les ressorts de la création et en particulier de l’écriture.

«On raconte qu’elle a commencé par limiter ses visites au village, pour ensuite rester cantonnée au jardin, avant de ne plus guère quitter la maison, puis le deuxième étage, pour finalement élire domicile dans sa chambre, dont elle ne sortait qu’en cas de stricte nécessité. Mais en vérité, elle vivait depuis longtemps dans bien plus petit encore : un bout de papier grand comme la paume. Cette maison-là, personne ne pourrait la lui enlever. » 

Elle nous emmène sur les traces d’Emily Dickinson et de ses fantômes, s’interrogeant au passage sur ce qui construit une personnalité, sur l’importance des lieux dans lesquels on habite. Elle décrit une femme secrète, choisissant de vivre cloîtrée dans sa chambre que ce soit parce que le monde ne lui apporte pas ce qu’elle en espère ou que son monde intérieur lui suffise pour vivre. 

Dominique Fortier a choisi de raconter dans une succession de chapitres courts, parfois de quelques lignes, mais étonnamment intenses, la vie de cette femme habitée par sa poésie. Elle ne lève pas entièrement le voile sur le mystère Emily Dickinson mais entrouvre des portes vers une vie où les mots semblent terriblement essentiels.  

Les villes de papier – Dominique Fortier (Editions Grasset – septembre 2020) 

3 commentaires sur “Les villes de papier de Dominique Fortier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s