La chorale des dames de Chilbury de Jennifer Ryan

Me voilà bien triste de quitter la ville de Chilbury et ses fabuleuses dames.

Ce roman est plein d’un esprit positif et de personnages attachants.

Jennifer Ryan situe son récit en 1940. La plupart des hommes étant partis à la guerre, la chorale de Chilbury est menacée de disparaître. Mais c’est sans compter l’enthousiasme et la ténacité des femmes de la ville qui feront tout pour maintenir cette chorale.

Sous ce prétexte, l’auteur livre de multiples messages essentiels à travers les histoires croisées de ses personnages.

Nous suivons en particulier Mrs Tilling une infirmière pleine d’empathie, Kitty Winthrop qui à 13 ans possède déjà un regard très acéré sur le monde, sa sœur aînée Venetia Winthrop mais aussi Edwina Paltry une sage-femme au passé trouble et qui continue à tremper dans de sombres affaires et Silvie une jeune réfugiée juive hébergée par la famille Winthrop. Mais de nombreux autres personnages complètent ce groupe fondamental.

Chacune d’entre elles prend la parole, sous forme de journaux intimes ou de lettres, et nous permet de suivre les aventures de cette petite communauté que la guerre va douloureusement éprouver.

« J’ai compris alors ce que c’est qu’être adulte : apprendre à trancher face à une série de choix désastreux, et s’accommoder au mieux de l’horrible compromis qui en découle. Apprendre à sourire, à se montrer sous son meilleur jour alors qu’autour de soi le monde s’écroule intégralement, devient un lieu de solitude, une photographie sépia des illusions d’antan. »

Je le disais, ce roman délivre de nombreux messages comme par exemple la nécessaire solidarité et l’importance de savoir saisir les beaux moments que nous offre la vie. Car la guerre a cela de tragique qu’elle ne fait pas de distinction entre les gentils et les méchants, entre les militaires et les civils et chacun peut perdre la vie à tout moment. Mais le message vaut pour toutes les époques, qu’elles soient bouleversées ou plus calmes.

Chacun de ces personnages évoluera, changera en mieux ou pas. Mais aucun ne sortira indemne de cette année 1940.

Je me suis vraiment attachée à ces femmes, j’ai admiré leur courage, leur volonté et apprécié ce message universel que la musique peut aider à surmonter de nombreuses épreuves.

Bien sûr, on peut reprocher un côté un peu fleur bleue ou légèrement naïf au récit, mais cela passe très bien grâce à la qualité d’écriture et à celle des personnages tous très bien campés.

 La chorale des dames de Chilbury – Jennifer Ryan (Editions Albin Michel – mars 2018)

2 commentaires sur “La chorale des dames de Chilbury de Jennifer Ryan

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s