Les héritages de Gabrielle Wittkop

Le personnage principal de ce roman est une maison, Séléné, construite sur les bords de Marne à la fin du XIXème siècle. Une maison dont on va suivre l’évolution au fil des ans et des arrivées et des départs de ses différents propriétaires ou locataires. On va donc y croiser le premier propriétaire Célestin Mercier, retrouvé pendu. Félix Méry-Chandeau, joueur de roulette russe qui finira empoisonné par sa domestique. Claire Pons, peintre inspirée par des visions. Un déserteur allemand et des émigrés juifs. Un couple homosexuel propriétaire d’un perroquet. Des sœurs féministes et un exhibitionniste. Un égyptologue et un jeune homme atteint du SIDA. Au total cent ans d’une histoire hantée par le fantôme du premier propriétaire, ou plutôt par les apparitions de sa mallette qui semble chaque fois annoncer un nouveau drame. Le temps de traverser deux guerres et les bouleversements du monde vus depuis cette propriété qui semble se délabrer au fur et à mesure des ans et du désintérêt de ses habitants.

Ce qu’il y a de fabuleux dans une vie de lecteur c’est qu’on n’en a jamais fini de faire des découvertes. Alors que 2020 marquait la date du centenaire de sa naissance, je n’avais jamais lu aucun des livres de Gabrielle Wittkop. Voilà qui est réparé avec ce roman jusque-là inédit et publié chez Christian Bourgois Editeur.

“On devrait lors des obsèques jouer quelque valse, funèbre vertige, enveloppe enrubannée de névroses, car toujours l’homme voulant échapper à la souffrance tourbillonne sur lui-même.”

Je vais l’avouer tout de suite je me suis demandé, à la lecture des premières pages, dans quel univers étrange j’avais été catapultée. Avant de me laisser totalement envoûter par cette histoire pleine d’un humour noir et d’une ironie mordante. Chaque personnage semble être pour Gabrielle Wittkop l’occasion de mettre le doigt sur les petits et grands défauts des êtres humains. Prenant le prétexte d’une malédiction liée à la mort de Célestin, l’auteure nous raconte des vies gâchées, perdues et l’inexorabilité du temps qui passe. Mais tout cela avec une certaine jubilation et avec une causticité tout à fait délectable.

Et que dire de cette écriture à la fois très belle mais aussi très exigeante, une écriture tout en élégance, d’une grande précision, extrêmement travaillée qui décrit avec une profonde acuité l’histoire humaine et celle des pierres. C’est parfois dur, à la limite du supportable, souvent féroce et sarcastique mais toujours très juste et assez drôle même si on peut être amené à rire légèrement jaune. Un excellent moment de lecture en ce qui me concerne. On dit que ce roman est un des plus “légers” de l’auteure, je suis curieuse de voir ce que peut donner un texte encore plus intense.

Les héritages – Gabrielle Wittkop (Christian Bourgois Editeur – avril 2020)

(Livre reçu dans le cadre d’un abonnement à Lumières La Box)

5 commentaires sur “Les héritages de Gabrielle Wittkop

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s