Quatuor d’automne de Barbara Pym

Letty, Marcia, Norman et Edwin sont collègues de bureau. Tous les quatre célibataires et chacun avec ses petites manies et ses habitudes. Pour Marcia et Letty, l’heure de la retraite est arrivée. Après quarante ans de vie commune dans un bureau que savent-ils finalement les uns des autres ? Et comment vont s’organiser les vies de chacun, les deux femmes disposant d’une toute nouvelle liberté où le travail ne marque plus le rythme de leurs journées et les deux hommes se retrouvant face à face sur leur lieu de travail.

La lecture d’un roman de Barbara Pym fait toujours le même effet de joie ! Après Comme une gazelle apprivoisée et Les ingratitudes de l’amour c’est un réel plaisir de retrouver la plume tout à la fois tendre et caustique de cette auteure que Belfond remet heureusement en lumière.

“Elle n’avait jamais rougi de lire des romans, mais si elle espérait au début en trouver un qui décrivît le genre de vie qu’elle menait, elle avait fini par se rendre compte que la situation d’une femme célibataire, sans attaches et vieillissante, n’offre pas le moindre intérêt pour les auteurs modernes.”

Ici, elle nous conte les vies ordinaires de personnages qu’on ne remarque pas. Quatre célibataires, quatre vies éteintes, sans beaucoup de joie. Quatre personnes que la vie a réunies par hasard dans un même bureau mais qui n’ont pas pour autant développé de liens particuliers. Le départ en retraite de Marcia et Letty va pourtant remettre en perspective cette relation et leurs vies bien réglées.

Un roman de Barbara Pym c’est un bonbon acidulé. Sous des dehors sucrés se cache une acidité mordante. Si le récit ne foisonne pas de rebondissements, se déroulant au rythme neutre de la vie des quatre protagonistes, il est rempli de considérations ironiques et fabuleusement drôles.

Peut-être plus ici que dans les livres précédemment cités, on trouvera aussi un peu d’amertume et une certaine mélancolie. Barbara Pym aborde des sujets tels que la vieillesse, la solitude, les troubles alimentaires, la maladie, les amitiés qui s’effilochent au fil du temps. Sous la moquerie qui peut naître de l’étude des petits travers de ces quatre personnages se cachent aussi beaucoup de tendresse et de compassion pour des vies qui peuvent sembler avoir été ratées. Si on sourit et rit beaucoup à la lecture de ce roman, on est aussi très souvent émus.

Une nouvelle fois c’est un grand plaisir de lecture éprouvé avec cette auteure britannique qu’il faut absolument (re)découvrir !

Quatuor d’automne – Barbara Pym | Traduction de Martine Béquié (Editions Belfond – septembre 2022)

Publicité

6 commentaires sur “Quatuor d’automne de Barbara Pym

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s