Les nus d’Hersanghem d’Isabelle Dangy

Hersanghem, ville du Nord de la France, est surtout connue pour sa braderie d’été. C’est ici qu’est venu vivre Grégoire Arakelian, jeune greffier qui vient d’être nommé au tribunal de grande instance. Insomniaque, Grégoire parcourt la ville et la photographie sous tous les angles. Photos qu’il envoie à sa fiancée, restée à Marseille et qu’il essaie de convaincre de le rejoindre. Et nous sommes justement en pleine période de braderie. Un événement dont le déroulement va être perturbé par différents incidents impliquant plusieurs habitants de la ville.

Cette balade à travers la ville d’Hersanghem en trente et un chapitres est fascinant. Le récit sillonne les rues de la ville à la rencontre d’une multitude de personnages qui se croisent, se lient, échangent, se séparent, poursuivent leur chemin pour aller à la rencontre d’autres habitants. Tous ces cheminements à la rencontre des rues, des monuments, des boutiques, des lieux culturels, des espaces de rencontre qu’offre la ville, convergent vers un événement extraordinaire, point d’orgue du récit.

“Un coup de vent agite les tilleuls du square. Des gamins qui sortent d’un atelier de manga déboulent en rigolant de l’Espace Alpha. Des essais de sonorisation pour le concert de ce soir sur le parvis de Sainte-Fridegonde entament quelquefois électriquement le silence. Il semble aussi à l’inspecteur Duruflé, tandis qu’elle avale anxieusement un verre d’eau, que l’on entend vaguement, du côté de l’avenue Maud, des cris lointains et la sirène d’une voiture de police.”

C’est un roman frais, poétique et atypique que propose Isabelle Dangy à son lecteur. Une flânerie séduisante au cœur d’une ville imaginaire que l’auteure décrit avec un luxe de précisions et de petits détails qui la rendent parfaitement crédible ainsi que tous les personnages que nous découvrons au fur et à mesure de ce périple. Les événements, microscopiques ou non, se succèdent mais nous n’en dirons rien ici sous peine de trop en dévoiler et de gâcher le plaisir de la promenade.

Et le style de l’auteure ajoute encore aux joies de cette lecture. Une écriture précise, teintée d’humour, où chaque mot semble pesé pour nous faire ressentir exactement ce que nous devons éprouver. Comme pour le greffier, Grégoire Arakelian, ces descriptions sont pour nous autant de photographies de lieux très plaisants à visiter. On aimerait prolonger la visite, s’asseoir pour prendre un café en terrasse sur le quai d’Hazebrouck, parcourir les allées de la librairie du Toton, piquer une tête à la piscine Charles Warembourg ou regarder un film au cinéma du centre Jasmyn. Une très belle découverte.

Les nus d’Hersanghem – Isabelle Dangy (Editions Le Passage – janvier 2022)

Publicité

3 commentaires sur “Les nus d’Hersanghem d’Isabelle Dangy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s