La montagne vivante de Nan Shepherd

Ce livre sort tout à fait de mes lectures habituelles. J’y suis toutefois entrée sans a priori et j’ai eu bien raison car il s’agit d’une véritable parenthèse de tranquillité.

Nan Shepherd nous convie dans les montagnes écossaises de Cairngorms, un lieu auquel elle voue une véritable passion.

Aigles, lagopèdes, cerfs, bouleaux, fougères, rivière… c’est un inventaire précieux et magnifique qui défile sous nos yeux, une faune et une flore encore à peu près préservées au moment où l’auteure rédige son texte, au milieu des années 40. C’est aussi un recueil de réflexions autour de la nature, de l’homme face à la grandeur des éléments, de la succession des saisons, de l’impact de l’humain sur la nature.

« Le bruit de toute cette eau courante est aussi essentiel à la montagne que le pollen aux fleurs. On l’entend sans l’écouter, comme on respire sans y penser. Mais à l’écoute, le bruit se désintègre en de nombreuses notes différentes – la lente claque du loch, le trille aigu du ruisselet, le rugissement de la cascade. Sur une petite portion d’un cours d’eau, l’oreille peut distinguer simultanément une douzaine de notes différentes. »

Cet hymne à la nature est une halte bienfaisante au cœur de nos vies de citadins du XXIème siècle, une invitation à la contemplation et un récit captivant plein de poésie.

« Il faut regarder de manière créative pour voir en cette masse de rochers autre chose que des saillies et des sommets – la beauté. Sinon pourquoi depuis tant de siècles les hommes se sentent-ils rebutés par la montagne ? C’est un certain genre de conscience qui interagit avec les formes de la montagne pour créer ce sens de la beauté. Pourtant les formes doivent être là pour que l’œil les voie. Et des formes d’une certaine distinction : de simples mottes ne feraient pas l’affaire. Il s’agit, comme pour toute création, de matière imprégnée d’esprit. »

Il faut se laisser happer par les images qui surgissent des mots de Nan Shepherd pour plonger dans ces montagnes écossaises à la fois rudes et captivantes.

La montagne vivante – Nan Shepherd (Christian Bourgois Éditeur – octobre 2019)

Les Cairngorms en quelques mots

Le livre de Nan Shepherd donne terriblement envie de se promener au cœur de ces montagnes.

Le parc national de Cairngorms est une chaîne de montagnes qui se situe dans les Highlands en Ecosse. Elle compte cinq des six plus hautes montagnes du Royaume-Uni (Ben Macdhui – 1 309 m ; Braeriach – 1 296 m ; Cairn Toul – 1 293 m ; Sgor an Lochain Uaine – 1 258 m ; Cairn Gorm – 1 245 m).

On y trouve aussi de nombreux sentiers forestiers, des rivières, des lochs mais aussi des espèces rares comme des aigles, des balbuzards et des chats sauvages. Un lieu semble-t-il plein de magie et idéal pour découvrir une vie sauvage et protégée, même s’il semble que le tourisme y soit pas mal développé. Peut-être une prochaine destination de voyage ?

3 commentaires sur “La montagne vivante de Nan Shepherd

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s