La vie clandestine de Monica Sabolo 

Alors qu’elle entreprend une véritable enquête pour écrire sur les membres d’Action Direct, groupe terroriste d’extrême gauche qui a sévi en France dans les années 80, l’auteure se retrouve confrontée à la propre histoire de sa famille et en particulier celle de son père, disparu brusquement sans laisser de traces. Le livre sur Action Directe se transforme alors en un récit beaucoup plus personnel sur ce mystérieux père et ses activités.  

Ce récit est une plongée passionnante dans les méandres d’un groupe d’activistes qui se base sur une documentation détaillée et de nombreux témoignages des membres du groupe encore en vie.

Monica Sabolo fouille, analyse, dissèque les actions menées par Action Directe et les personnalités des principaux membres tout en menant l’enquête sur sa propre vie, remontant dans ses souvenirs, essayant d’éclairer des passages de sa vie familiale complexe.  

« Je ne sais toujours pas qui ils sont, tous, mais je dois faire face à une idée troublante : entre eux et moi, un lien se tisse. Ils ne me sont pas aussi étrangers que je le voudrais. J’aime Hellyette, qui les aime, ou les a tant aimés. Nos vies sont des fils qui se rencontrent, s’embrouillent et se resserrent, un enlacement curieux, mais indéniable, elles forment un nœud que je ne peux plus défaire. M’apparaît désormais cette dangereuse éventualité : celle de les comprendre, ou même, à certains égards, de leur ressembler. » 

On découvre dans ce récit, qui prend un tour très intime, une Monica Sabolo qui avoue ses failles et ses blessures, sans se départir d’une certaine élégance, de beaucoup de pudeur et d’une pointe d’humour qui allège parfois certaines révélations. On éprouve avec elle ce vertige de faire remonter à la surface des questionnements parfois dérangeants et de lever le voile sur des secrets bien enfouis. 

La réflexion sur les motivations des membres d’Action Directe est aussi très intéressante. Monica Sabolo ne juge pas, même si elle condamne les morts causées pas le groupe, mais donne des clés de compréhension par rapport à un engagement, une époque, un combat. En avançant ainsi en parallèle le récit intime et celui d’Action Direct, l’auteure dénoue progressivement les nœuds d’une histoire personnelle difficile qui conduit le lecteur au cœur d’un récit où l’émotion est constamment présente.  

Monica Sabolo explore avec beaucoup de finesse les pistes de la rédemption, du pardon et de la résilience dans ce livre brillant et merveilleusement bien écrit. La première bonne pioche de cette rentrée littéraire !  

La vie clandestine – Monica Sabolo (Editions Gallimard – août 2022) 

A lire aussi, mes chroniques des romans Summer et Eden

7 commentaires sur “La vie clandestine de Monica Sabolo 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s