Ponti de Sharlene Teo

Les premières pages laissent penser que nous allons lire un roman à l’humour grinçant qui raconte la vie d’une adolescente vivant à Singapour.

Puis très vite, l’humour fait place à une histoire plus sombre même si elle n’est pas dépourvue d’ironie.

Dans ce premier roman de Sharlene Teo, on suit trois femmes à trois époques. Szu en 2003, jeune fille de 16 ans solitaire et pleine de complexes dont la rencontre avec Circé va bouleverser la vie. Circé donc, quelques vingt ans plus tard, en plein divorce et questionnement existentiel. Et Amisa, la mère de Szu dans les années 70 et 80, éphémère actrice de cinéma qui ne fit jamais carrière.

« Nous étions coincées, ma mère et moi, et cependant, pour la première fois de ma vie, je me sentais profondément seule. D’une solitude qui me semblait plus grande et plus adulte que mon propre corps, plus grande même que le pays entier. Oh, c’était un continent de solitude. »

Le roman alterne les points de vue et les époques, donnant différents éclairages sur les événements passés. Car il apparaît très vite que Szu et Circé, inséparables dans leur jeunesse, n’ont pas conservé de liens et que cette séparation est due à un événement particulier.

J’ai été très emballée par les premières pages qui débutent avec Szu. L’esprit et l’humour qui se dégagent de ce récit à la première personne me donnait l’impression d’un roman qui serait léger mais aussi intéressant par ce qu’il raconterait des relations adolescentes et familiales.

«J’ai seize ans et demi et je commence à comprendre que parfois la vie se déroule ainsi : vite, sans compensations. On croit qu’on a des décennies devant nous et tout à coup on n’a plus le temps. »

J’ai eu un peu plus de mal sur la durée, trouvant quelques longueurs dans le récit, comme des exercices de style démontrant la qualité d’écriture de la romancière mais sans aucun intérêt pour la progression de l’histoire.

Au final, le roman n’a pas retenu toute mon attention même s’il y a de bons moments.

Ponti – Sharlene Teo (Editions Buchet-Chastel – avril 2019)

3 commentaires sur “Ponti de Sharlene Teo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s