Les gratitudes de Delphine de Vigan

J’ai retrouvé la Delphine de Vigan que j’aime. Celle qui me touche, qui sait mettre une pointe d’humour au cœur d’une histoire pleine d’émotions, celle qui me fait venir les larmes aux yeux et qui sait me faire toucher du doigt les souffrances, les espoirs, les failles de ses personnages.

On l’aura compris, ce court roman de 177 pages m’a happée, submergée.

Est-il besoin de revenir sur l’histoire ? Michka, veille dame de 80 ans, perd progressivement l’usage de la parole. Elle se retrouve placée dans un Ehpad, suivie par Jérôme, orthophoniste et Marie, une jeune femme dont elle est très proche depuis de nombreuses années.

 « Quand je m’imagine vieille, vraiment vieille, quand j’essaie de me projeter dans quarante ou cinquante ans, ce qui me paraît le plus douloureux, le plus insoutenable, c’est l’idée que plus personne ne me touche. La disparition progressive ou brutale du contact physique. »

Je suis fascinée par la capacité de Delphine de Vigan à mettre autant d’intensité dans si peu de pages. Le moindre dialogue est chargé de sens.. D’autant plus que Michka cherche ses mots, en remplace certains par d’autres jusqu’à finir par les perdre complètement. Et les mots que Michka mélange sont aussi des révélateurs de son histoire.

Cela ne peut que faire écho dans l’esprit de la lectrice que je suis, passionnée des mots, de leur sonorité, de leur précision.

Les trois personnages sont attachants, même si on apprend que peu de choses d’eux. La force vient du lien qui se crée entre eux, du soutien et de l’amour qu’ils partagent.

« Nous restons pendant quelques secondes dans le silence. Elle me regarde. Elle sourit et je vois tout. Elle a renoncé. Elle a renoncé à raconter, à expliquer. Elle se contente de renvoyer la balle. »

Oui il faut avoir conscience de tout ce que la vie nous apporte, être reconnaissant pour tous les beaux moments et les rencontres qu’on peut faire.

Les Gratitudes fait, je pense, écho en chacun de nous.

Les Gratitudes – Delphine de Vigan (Editions JC Lattès – mars 2019)

Merci aux Éditions JC Lattès et à NetGalley pour cette belle lecture

{Le coquelicot de ma photo provient du très bel album posthume, En amont, d’Alain Bashung}

17 commentaires sur “Les gratitudes de Delphine de Vigan

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s