Ceux qu’on aime de Victoria Hislop

Themis est élevée, avec sa sœur et ses deux frères, par leur grand-mère paternelle. La famille vit à Athènes et lorsque la seconde guerre mondiale se déclare, la fratrie est bientôt divisée entre ceux qui soutiennent l’occupant allemand et ceux qui veulent résister.

Themis choisi le camp de ceux qui luttent et le rang des communistes. Un choix qui la conduit à la clandestinité puis à être arrêtée et emprisonnée plusieurs années dans l’un des lieux qui a pour objectif de « rééduquer » ceux qui ne soutiennent pas le gouvernement.

La naissance de son enfant et son rapprochement avec l’une des prisonnières vont lui faire prendre une décision cruciale.

Si ce livre est très intéressant par ce qu’il raconte de l’histoire de la Grèce à partir de cette époque tourmentée et jusqu’à aujourd’hui, je dois dire que je me suis beaucoup ennuyée à cette lecture.

La faute sans doute à de nombreuses longueurs au fil de ce récit d’un peu plus de 450 pages.

« Themis s’était fait la réflexion, non sans un léger regret, qu’elle n’avait rien à léguer à ses enfants et petits-enfants. Ses biens n’avaient que peu de valeur, à l’exception de la table fatiguée autour de laquelle sa famille s’était réunie, génération après génération. A moins qu’il n’existe, peut-être, une autre forme d’héritage ? »

Il est, à mon sens, difficile de rendre passionnant un récit qui retrace une grande partie de l’histoire grecque à partir des années 30 en ne s’attachant réellement qu’à un seul personnage et quelques satellites peu fouillés. D’autant que l’histoire est très linéaire et suit les événements de manière chronologique, sans aucune rupture narrative. Très vite, l’impression de répétition s’est fait sentir.

Les thèmes étaient pourtant intéressants : l’histoire d’un pays, les liens familiaux, le poids du passé, les choix politiques, la transmission et l’hérédité, les secrets. Et Themis reste, malgré tout, un joli personnage féminin.

Mais l’ensemble aurait gagné à être plus concis ou d’ajouter quelques caractères forts pour constituer un pendant au personnage de Themis.

Ceux qu’on aime – Victoria Hislop – Editions les Escales – octobre 2019)

10 commentaires sur “Ceux qu’on aime de Victoria Hislop

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s