L’île aux enfants d’Ariane Bois

Le roman d’Ariane Bois ne laisse pas indifférent et suscite l’indignation quasiment à chaque page.

L’auteure a choisi de traiter sous la forme romanesque un secret et un scandale d’état : celui de l’enlèvement et du déplacement de centaines d’enfants réunionnais pour les installer dans les régions françaises. Et nous ne parlons pas d’un siècle très lointain puisque ces événements se sont déroulés entre 1963 et 1982.

Ce sont plus de 2 000 enfants qui sont concernés et Ariane Bois raconte l’histoire de deux sœurs, Pauline et Clémence, qui sont enlevées alors qu’elles ont 6 et 4 ans. Séparées, elles sont confiées à des familles d’accueil puis adoptées. Le but étant de repeupler les campagnes françaises en désemplissant les bidonvilles réunionnais, sous couvert de donner un avenir meilleur à ces enfants.

Une première partie du roman est consacrée à l’enfance et l’adolescence de Pauline, rebaptisée Isabelle. La seconde suit l’enquête que mène Caroline, la fille de Pauline, qui a découvert le secret de sa mère.

«Ma mère refusait vivement de parler de sa courte vie avec ses parents. En accord avec mon père, je respectais ce silence, taisais mes questions, quitte a paraître indifférente. Pourquoi ? Peut-être parce qu’un froncement de sourcils, une moue soudaine, un regard qui s’assombrissait me signifiaient qu’on pénétrait dans une zone de sables mouvants, de siphons dévastateurs. Et dans l’égoïsme de l’enfance, puis de l’adolescence, cela me convenait. »

Ce roman est foisonnant de sujets.

Le premier, évident, qui dénonce ce terrible mensonge d’état. Et puis les thématiques de la filiation, des secrets familiaux, de la transmission, de la construction de soi alors que les bases de l’enfance ont été détruites. On s’interroge aussi sur le devenir de ses enfants déracinés qui ont choisi de revenir à la Réunion ou de rester en métropole mais qui sont suspects partout.

On s’interroge aussi sur tous ces gens, complices de ces enlèvements et qui ne semblent pas avoir dénoncé l’injustice, protégés par leurs « Je n’écris pas les règlements, je les applique. »

Un roman utile qui éclaire avec beaucoup de sensibilité un événement méconnu de l’histoire.

L’île aux enfants – Ariane Bois (Editions Belfond – mars 2019)

Merci à Babelio et aux Editions Belfond de m’avoir permis de découvrir ce livre et d’avoir rencontré son auteur.

6 commentaires sur “L’île aux enfants d’Ariane Bois

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s