Heureuse fin d’Isaac Rosa

Les couples en perdition sont apparemment à l’honneur de ce mois de mars ! Après Ben et Addie de Long Island Story, voici Antonio et Angela !

Antonio et Angela ont vécu une passion amoureuse intense. Ils se sont mariés, ont eu deux filles. Puis l’amour s’est tari et le couple se sépare.

C’est à ce moment que le livre commence, alors qu’Antonio quitte l’appartement maintenant vide et referme la porte de la vie commune avec Angela.

A partir de là, Isaac Rosa remonte le temps et nous raconte l’histoire de ce couple à rebours.

Sous la forme de deux monologues qui se répondent, le récit présente les points de vue de l’un et l’autre des membres du couple. Et chacun refait l’histoire, analyse, explique, accuse et retrace tous les grands et petits moments qui ont jalonné les treize ans de vie du couple.

J’ai beaucoup aimé ce parti pris narratif de remonter le temps depuis la séparation jusqu’aux premiers émois amoureux.

« Toute tentative de raconter l’amour est condamnée à l’échec. L’amour est ridicule, il est incompréhensible, il est disproportionné, il est faux, il est erroné. Même les carnets, les lettres et les messages d’alors ne peuvent nous servir à récupérer une intensité que nous ne comprenons plus. Nous pouvons seulement en raconter les cendres, ou même pas cela : la suie qu’ont laissé les cendres avant que le vent ne les disperse. »

Chaque événement est vu par chacun des deux : l’arrivée des enfants, la place du travail, les soucis économiques, les infidélités, les non-dits, les incompréhensions, le point de bascule à partir duquel la fin s’annonce inéluctable.

Il faut reconnaître que ce n’est pas un livre très optimiste sur le mariage et la vie de couple. Angela et Antonio ont chacun cumulé beaucoup de rancœur et de désillusions au cours de ces années.

« Nous nous aimons, pas d’amour bien sûr, mais nous nous aimons, nous ne nous désirons pas mais nous nous aimons, nous pourrions vivre l’un sans l’autre mais nous nous aimons, nous avons accepté cette façon tranquille de s’aimer qui n’est pas un amoindrissement ni un échec mais tout le contraire, un succès. Nous sommes ensemble, non pas en vertu d’une quelconque prédestination ni parce que nous serions de ridicules inséparables moitiés d’orange, pas même par nécessité économique, mais parce que nous avons décidé de rester ensemble. »

Isaac Rosa explore le thème archi-connu de la séparation mais y ajoute une profondeur particulière, loin d’un romantisme illusoire et plus ancré dans la réalité d’une vie quotidienne qui use et éloigne.

C’est à la fois triste et très beau, porté par un style riche et foisonnant et une construction du récit précise qui mène le lecteur au cœur d’une réflexion passionnante sur les relations amoureuses, le temps qui passe et les attentes déçues.

Heureuse fin – Isaac Rosa (Christian Bourgois Éditeur – janvier 2020)

4 commentaires sur “Heureuse fin d’Isaac Rosa

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s