Adaptations réussies au cinéma

J’ai souvent été déçue par les adaptations au cinéma de romans que j’ai lus. Il semble que je ne sois d’ailleurs pas la seule dans ce cas. Mais parfois, il y a d’excellentes surprises, en voici quelques-unes (classées par date de sortie du film).

Rebecca de Alfred Hitchcock – 1947 (livre : Rebecca de Daphné du Maurier – 1938) : l’ambiance angoissante du livre est extrêmement bien rendue

Le Nom de la Rose de Jean-Jacques Annaud – 1986 (livre : Le Nom de la Rose de Umberto Eco – 1980) : un roman policier très érudit qui ne perd rien de son intérêt en passant au grand écran

Les Liaisons dangereuses de Stephen Frears – 1989 (livre : Les Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos – 1782) : Glenn Close était magistrale !

Les Vestiges du Jour de James Ivory – 1994 (livre : Les Vestiges du Jour de Kazuo Ishiguro – 1989) : chic et classe !

Raisons et Sentiments de Ang Lee – 1996 (livre : Raison et Sentiments de Jane Austen – 1811) : ça se voit que j’aime bien Emma Thompson ? On en est déjà au deuxième film avec cette actrice

Le Liseur de Stephen Daldry – 2008 (livre : Le Liseur de Bernhard Schlink – 1995) : le personnage d’Hanna aura pour toujours le visage de Kate Winslet

Gatsby Le Magnifique de Baz Luhrmann – 2013 (livre : Gatsby Le Magnifique de Francis Scott Fitzgerald – 1925) : le côté foutraque du film rend complètement justice au personnage

Grand Froid de Gérard Pautonnier – 2017 (livre : Edmond Ganglion & Fils de Joël Egloff – 2001) : le livre m’avait déjà beaucoup fait rire et l’univers est totalement respecté dans le film

HHhH de Cédric Jimenez – 2017 (livre : HHhH de Laurent Binet – 2010) : possible que le film soit encore meilleur que le livre

Au revoir là-haut d’Albert Dupontel – 2017 (livre : Au revoir là-haut de Pierre Lemaître – 2013) : l’univers très particulier de Dupontel se marie parfaitement au récit de Lemaître