La Vie silencieuse de la guerre de Denis Drummond

Roman lu dans le cadre des #explorateursdelarentreelitteraire de Lecteurs.com

Je suis restée tout au long de cette lecture en lisière du récit sans parvenir à y pénétrer complètement.

Pourtant le sujet était tentant et il y a un certain nombre de moments qui ne demandent qu’à être émouvants. Mais une surenchère de style grandiloquent et de recherche d’esthétisme dans les descriptions finit par nuire à l’émotion.

Enguerrand, photographe spécialiste de la guerre a disparu. En guise de testament, il a laissé à son ex-compagne Jeanne, ses journaux intimes ainsi que quatre négatifs pris sur quatre scènes de guerre (Rwanda, Bosnie, Afghanistan et Irak). Il l’a chargée d’organiser une exposition avec un galériste, Gilles.

Ces clichés et ces carnets sont des témoignages cruciaux de ces guerres modernes qui émaillent les XXème et XXIème siècles.

Le récit entremêle les journaux d’Enguerrand, le présent avec la rencontre des deux personnages de Jeanne et Gilles et les propres souvenirs de Jeanne, ancienne collaboratrice du HCR.

Ce sont ces incessants enchevêtrements entre les différentes époques qui m’ont principalement perdue dans la narration. Couplés à un style un rien trop pompeux dans lequel aucune phrase n’est simple et où l’auteur glisse chaque fois trop d’emphase que ce soit dans les dialogues ou dans les descriptions. Pour exemple cette phrase tirée d’un des carnets :

« Une fois les militaires partis, la forêt se figea dans un silence qu’aucun d’entre nous n’avait jamais entendu, un silence comme un cri qui ne sort pas, lourd, épais, celui qui accompagne l’inclinaison du monde devant l’abandon de Dieu. »

C’est beau mais totalement désincarné.

Cela m’a gênée pour entrer dans les textes attribués à Enguerrand et qui racontent la guerre. Je me suis tout de même demandée si ce n’était pas une manière de tenir à distance les horreurs décrites mais pour ma part cela m’a empêchée d’entrer dans le récit.

Par ailleurs, l’érudition qui se glisse tout au long du livre avec, par exemple, les parallèles entre la peinture classique et les photos d’Enguerrand, ne m’ont pas vraiment convaincue et la finalité des mises en scène de ces quatre photos reste pour moi assez obscure. Tout comme la relation qui se noue entre Gilles et Jeanne et pour laquelle je ne me suis pas vraiment passionnée.

Pour finir, je ne ressors pas non plus de cette lecture avec l’impression d’avoir appris des choses sur les conflits que le livre évoque. Bref, un rendez-vous manqué.

La Vie silencieuse de la guerre – Denis Drummond (Editions le Cherche-Midi – août 2019)

4 commentaires sur “La Vie silencieuse de la guerre de Denis Drummond

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s