Une fille, qui danse de Julian Barnes 

Tony, Alex et Colin forment un trio de lycéens soudés. Ils intègrent bientôt à leur groupe, Adrian. Celui-ci, intelligent et charismatique, prend bientôt l’ascendant sur ses condisciples. Arrivé à l’université, Tony découvre l’amour auprès de Veronica mais leur relation s’étiole assez rapidement et Tony apprend bientôt qu’Adrian et Veronica ont noué une relation amoureuse. Les liens sont définitivement rompus entre les anciens camarades d’école. Quarante ans plus tard Tony, divorcé et retraité, va découvrir un lourd secret qui éclaire d’un jour totalement nouveau ce qui s’est passé lorsqu’ils avaient vingt ans.  

« Il me semble que cela peut être une des différences entre la jeunesse et la vieillesse : quand on est jeune, on invente différents avenirs pour soi-même ; quand on est vieux, on invente différents passés pour les autres. » 

Voilà un roman à la fois cynique et nostalgique sur les erreurs de jeunesse, les conséquences de nos actes et les manquements de la mémoire. Au fil du récit, on se rend ainsi compte que Tony n’est peut-être pas la victime qu’il pensait être après avoir appris que Veronica et Adrian étaient ensemble. En revisitant son passé, en se remémorant certains épisodes, en relisant des courriers adressés à Adrian, Tony se rend compte qu’il a peut-être joué un rôle actif dans la suite des événements. Julian Barnes nous dresse ainsi le portrait d’un homme largement dépassé par son passé mais aussi par son présent, comprenant les choses à retardement.  

Le récit est extrêmement bien construit, éclairant petit à petit les zones d’ombre et donnant à voir sous un jour nouveau les faits passés. Ce qui pourrait être triste et sordide est heureusement compensé par une bonne dose d’humour et par une analyse très pertinente de l’âme humaine et de ses travers. C’est juste et percutant, cela mêle habilement émotions et ironie. Un grand plaisir de lecture.  

Une fille, qui danse – Julian Barnes / Traduction Jean-Pierre Aoustin (Editions Folio – avril 2014) 

5 commentaires sur “Une fille, qui danse de Julian Barnes 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s