La supplication de Svetlana Alexievitch

Le 26 avril 1986 a eu lieu une catastrophe nucléaire sans précédent. La centrale de Tchernobyl se trouvait dans ce qui était à l’époque la république socialiste soviétique d’Ukraine, en URSS. Elle est devenue l’emblème d’une tragédie humaine, écologique, sanitaire, économique et politique et aura eu des répercussions peut-être pas encore toutes établies.

Si nous savons à peu près tout sur ce qui est survenu à la centrale, et cela malgré les mensonges et les secrets dont l’événement est entouré, les conséquences sur ceux qui ont vécu ces instants, en ont été les témoins, les acteurs et les victimes sont restées assez longtemps inconnues.

Dans ce livre magistral, paru dix ans après la catastrophe, Svetlana Alexievitch donne la parole à ces hommes et femmes qui étaient au cœur du drame. Elle a recueilli les témoignages précieux de ceux qui ont vécu ce moment.

Peur, inconscience, incrédulité, courage, rejet, culpabilité, incompréhension, colère, résignation… chacun a vécu différemment ces instants. Mais chaque témoignage est bouleversant, dressant le portrait d’un peuple sacrifié au secret et à la raison d’état. Le drame de Tchernobyl et les voix que Svetlana Alexievitch nous donne à entendre décrivent avant tout un pays et une époque encore largement soumis à la guerre froide (le mur de Berlin tombera trois ans après Tchernobyl). Avec toutes les conséquences que cela engendre de désinformation et de mensonges.

Svetlana Alexievitch a mené un véritable travail journalistique, allant chercher des scientifiques, des habitants évacués, des liquidateurs (en charge de « nettoyer » les abords de la centrale et les villes et villages autour), des parents d’enfants malades, des chercheurs, des médecins, des familles de pompiers… Toute une population victime d’une mauvaise foi et d’un aveuglement forcenés.

« L’incroyable quantité de mensonges liés à Tchernobyl n’a pas d’équivalent, sauf pendant la guerre… »

Comment ne pas être révolté quand on apprend que les populations ont continué à se nourrir de ce qui sortait de cette terre contaminée ? Que des hommes ont été envoyés sans protection dans des zones dont l’irradiation était telle que les dosimètres ne pouvaient même pas la mesurer ?

Même si depuis plus de trente ans que cette catastrophe a eu lieu, des paroles se sont libérées, le livre de Svetlana Alexievitch lu aujourd’hui donne une intensité incroyable à toutes ces voix qui ont été étouffées. On sent à travers ces pages et la qualité de l’écriture de l’auteure toute l’attention et la proximité qu’elle a pu entretenir avec ses interlocuteurs.

Ce livre donne une dimension humaine à un drame contemporain dont on a l’impression que tout a été fait pour justement le déshumaniser et le réduire à des proportions uniquement techniques et technologiques. Il redonne sa vraie densité à une tragédie qui n’a probablement pas fini d’avoir des retombées, d’autant que le site de Tchernobyl est loin d’être assaini et que d’autres catastrophes ne sont peut-être pas inévitables.

La supplication – Svetlana Alexievitch (Editions J’ai Lu – nouvelle édition 2016)

Mes souvenirs de la catastrophe

Lorsque cet événement est arrivé j’avais 14 ans. Je vais être honnête, je n’ai pas souvenir d’avoir ressenti un choc particulier à l’annonce de la catastrophe. C’était loin. Géographiquement et culturellement. Et puis nous n’avions pas, à cette époque, internet, les réseaux sociaux ou les chaînes d’information en continu. En France aussi, on nous a tenu des propos farfelus et mensongers. Notamment que le nuage radioactif respecterait les frontières et n’arriverait donc pas sur notre territoire. Il m’a fallu de très nombreuses années pour comprendre l’importance de ce qui avait eu lieu en Biélorussie. L’accident nucléaire de Fukushima en 2011, a notamment remis beaucoup de choses en perspective.

La série Chernobyl, extrêmement bien faite, a aussi actualisé mes connaissances et a ouvert une voie critique très forte. Mais aussi une conscience très intense du fait que nous ne sommes pas à l’abris d’autres catastrophes de ce genre. Ou d’autres types tout aussi dangereux comme vient de nous le rappeler cette pandémie de Coronavirus que nous traversons encore.

7 commentaires sur “La supplication de Svetlana Alexievitch

  1. C’est le premier livre que j’ai lu de Svetlana Alexievitch et ton billet me rappelle l’émotion qui m’a accompagnée tout au long de la lecture de ce livre. Je me souviens encore de cettte vieille dame qui disait au revoir à sa maison (et en fait à toute à sa vie) ou encore à cet homme qui avait donné son calot à son jeune garçon, avec les conséquences que l’on sait désormais. Extrêmement touchant. Merci de mettre ce titre à l’honneur !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s