Sans Chichi d’Elsa Escaffre 

Alors qu’elle s’apprête à rejoindre L’Usine, un lieu de résidence artistique où elle a été admise, la narratrice apprend la mort de Jacques Chirac. Pour elle, la mort de l’ancien Président vient faire écho à la perte de son propre grand-père. Entre souvenirs d’enfance et réflexions sur la créativité, Elsa Escaffre promène son lecteur dans les méandres de sa mélancolique mémoire, celle de l’enfance qui s’achève avec la disparition de ceux qui ont accompagné les premiers pas.  

« Sans Chichi » titrait le journal Libération le 27 septembre 2019, au lendemain du décès de Jacques Chirac. Sans chichis, c’est comme cela que vivait le grand-père de la narratrice. Bien sûr sa mort aura eu bien moins de répercussions que celle de l’ancien Président, sauf pour ses proches et pour sa petite fille qui fait ici revivre le souvenir de celui qui lui racontait des histoires, lui apprenait à faire du vélo et soignait les chagrins de l’enfance.  

“Je me voyais marcher dans tes pas, la main vissée à une paluche noueuse dont la prise s’affirmait à l’approche d’un passage piéton ou d’un chien ridicule et hargneux. Je retrouvais les promenades aux bonbons à 1 franc, aux magazines de jeux spécial vacances et parfois même l’achat d’un de ces cônes surprises bleus ou roses – les années 1990 ignoraient encore le marketing non genré – garnis d’une petite dizaine de babioles décevantes. ” 

Ce récit est pour Elsa Escaffre l’occasion de rendre hommage à son grand-père, la présidence de Chirac étant plutôt un marqueur temporel, et aussi le moyen de s’interroger sur son deuil, sur son rapport à cet homme qu’elle a finalement mal connu car il était vu à travers les yeux d’une enfant. 

C’est un récit pudique et sensible qui cache derrière quelques touches d’humour et des espiègleries d’auteur une profonde tendresse pour ce grand-père aimé et perdu.  

Elsa Escaffre joue aussi avec une certaine créativité dans la construction narrative et la mise en page. Titres de journaux, citations, proverbes… capitales, lettres en gras, variations des polices… elle use d’un panel typographique qui nuit parfois à la concentration du lecteur et dont l’utilité n’est pas toujours claire. Mais c’est sans doute la patte de la plasticienne qui prévaut parfois sur les premiers pas dans l’écriture de l’auteure.  

Sans Chichi – Elsa Escaffre (Christian Bourgois Editeur – janvier 2022) 

5 commentaires sur “Sans Chichi d’Elsa Escaffre 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s