Novembre 2018

Le froid peine à s’installer mais cela n’empêche pas de commencer à penser à Noël et d’entamer quelques préparatifs ! En parallèle des achats de décorations et de cadeaux, la lecture est plus que jamais d’actualité, les jours plus courts et la pluie ne donnant pas forcément envie de se balader !

Les 30 jours du mois de novembre m’ont permis de lire 8 romans (+ 2 dont je ne peux pas encore parler pour le moment, car il s’agit de lectures d’épreuves non corrigées).

Avec, encore une fois, pas mal d’éclectisme dans les choix des lectures, de belles découvertes, des moments de grâce, de légèreté et des instants plus intimes, touchants, graves.

Parmi ces lectures, le roman de Heinz Rein, Berlin Final a été une vraie révélation. Ce récit puissant et magnifique est pour moi le pendant de Seul dans Berlin de Hans Fallada et je suis véritablement ravie d’avoir découvert ces deux romans cette année !

Le témoignage d’Olivia de Lamberterie, Avec toutes mes sympathies est une belle rencontre de novembre. Un récit touchant, élégant, tout en finesse et en retenue.

Une autre belle découverte est celle que j’ai faite de l’auteure polonaise Olga Tokarczuk, qui, dans Les Livres de Jakob, retrace le parcours surprenant de Jakob Frank, juif converti à l’Islam puis au Christianisme, considéré comme un messie par ses adeptes. Une lecture exigeante et captivante !

Une belle surprise m’est venue de la lecture de Les Fureurs invisibles du cœur de l’écrivain irlandais John Boyne. Un roman sublime d’humanité et d’humour qui maintient le lecteur en haleine de bout en bout.

Parmi mes lectures de novembre, il y a aussi eu celle de L’Archipel du Chien de Philippe Claudel. Un auteur que je retrouve toujours avec grand intérêt et dont les ouvrages amènent souvent à réflexion. C’est en tout les cas vrai avec ce roman aux accents de fable cruelle.

Tout en mélancolie, Un mariage anglais de Claire Fuller entraîne le lecteur au cœur du mariage d’Ingrid et Gil. Une histoire d’amour et de compromis qui laisse un léger goût d’amertume.

Le polar du mois nous vient de Nele Nehaus, romancière allemande, qui nous livre une intrigue autour d’une disparition vieille de 40 ans dans Promenons-nous dans ce bois.

Roman feel-good, frais et romantique, Am, Stram, Gram… ce sera toi qui me plairas ! de Catherine-Rose Barbieri est un récit tout en légèreté, un joli conte de fées moderne, parfait pour cette fin d’année.

Merci à NetGalley France, aux Editions Stock, Calmann-Lévy, Belfond, JC Lattès, Noir sur Blanc et Eyrolles pour toutes ces lectures.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s