Les secrets de ma mère de Jessie Burton

Londres, 1980, Élise Morceau, vingt ans rencontre Constance Holden. Elles tombent immédiatement amoureuses et entament une relation. Constance a une dizaine d’années de plus qu’Elise. C’est une femme libre, brillante, une écrivaine reconnue qui attire la lumière sur elle. Son premier roman est en passe d’être adapté au cinéma et les deux femmes se rendent à Los Angeles pour assister au tournage. Si Constance se fond immédiatement dans l’ambiance, Elise éprouve plus de difficultés. Il devient bientôt évident que leur relation ne pourra pas survivre à ce voyage. 

Londres, 2017. Rose Simmons, trente-quatre ans, cherche à savoir qui était sa mère, partie sans laisser de traces alors qu’elle n’avait que deux mois. Élevée par son père, Rose ne peut s’empêcher de se poser des questions sur cette Elise Morceau qu’elle n’a pas connue. Elle apprend que Constance Holden est la dernière personne à avoir parlé à sa mère juste avant sa disparition. Retirée de la vie publique, Constance n’a écrit que deux livres avant de mettre un terme à sa carrière littéraire. Un concours de circonstances va pourtant permettre à Rose d’approcher Constance. Et de peut-être, enfin, obtenir les réponses à ses questions.  

Quel roman fabuleux. Il fait partie de ces livres dont on regrette de voir arriver la dernière page.

Jessie Burton livre un récit d’une grande intensité et met en scène trois femmes à différents moments de leur vie mais chacune à un tournant. Constance est une femme forte, exigeante, égoïste parfois. Élise est une jeune fille influençable, facilement déstabilisée et la relation qu’elle entretient avec Constance ressemble parfois à celle d’une fille avec sa mère ou d’une élève face à son mentor. Jusqu’à la révolte. Rose est en quête de son histoire, de son identité. Ces trois femmes, pour toutes ces différentes raisons, sont attachantes. Jessie Burton entraîne son lecteur entre les années 80 et 2017 pour retracer l’histoire de la relation entre Constance et Élise et livrer peu à peu les clés de ses origines à Rose. Le point commun de ces deux époques est Constance, la seule qui puisse expliquer ce qui s’est passé et les raisons de la disparition d’Elise.  

« Dans un aéroport, les gens deviennent anonymes, homogènes. L’air est lourd du chagrin de la séparation – ou du soulagement des départs, ou de la joie des retrouvailles, toutes ces émotions indistinctement entremêlées. Impossible d’avoir l’esprit clair, dans un aéroport. Vous êtes déjà à mi-chemin de votre destination. Personne n’a vraiment envie d’être là, mais c’est le prix à payer pour se rendre quelque part. » 

C’est un roman passionnant qui nous emmène aussi dans les arcanes de la création littéraire et cinématographique mais qui interroge aussi en profondeur les secrets de la maternité et de la filiation.  

Je me rends compte en écrivant cette chronique qu’elle est bien en deçà des sentiments qui m’ont habitée pendant la lecture de ce roman et qu’elle ne rend pas entièrement justice à la force de ce récit. J’ai été totalement happée par l’histoire de ces trois femmes déterminées, qui chacune à sa façon se révèle et refuse d’être enfermée par des secrets ou les attentes que d’autres ont envers elles.  

Le style de Jessie Burton est toujours aussi limpide et précis, le récit toujours autant maîtrisé et les personnages d’un grand réalisme. Un magnifique roman

Roman lu dans le cadre de l’opération Masse Critique de Babelio.

Les secrets de ma mère – Jessie Burton (Editions Gallimard – septembre 2020) 

3 commentaires sur “Les secrets de ma mère de Jessie Burton

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s