Journal d’Irlande de Benoîte Groult

Benoîte Groult et son mari Paul Guimard tombent amoureux de l’Irlande (comme je les comprends !) et y achètent une maison. Pendant vingt-trois ans, de 1977 à 2003, Benoîte Groult tiendra dans son journal intime la chronique de ces étés passés à Bunavalla dans le comté de Kerry.

De ses parties de pêches acharnées aux relations qu’elle entretient avec Paul, de sa passion pour son amant américain, Kurt, à son amour pour l’Irlande, ses paysages et sa météo, des visites des amis (Eric Tabarly, François Mitterrand, Elisabeth et Robert Badinter…) aux rapports qu’elle a avec ses trois filles, Benoîte Groult se livre sans far à travers ce journal auquel elle travaillait lorsque la maladie d’Alzheimer l’a rattrapée.

« L’Irlande est un état d’âme, c’est un mode de vie. Je respire l’air comme on déguste une eau très pure. Il vient de quatre mille kilomètres d’Atlantique et il en a le goût. » 

C’est sa fille, Blandine de Caunes qui a pris la relève pour donner le jour à ce témoignage inédit, à la fois drôle, bouleversant, plein d’intelligence et d’une profonde honnêteté

Benoîte Groult ne cache rien, ou pas grand chose, de ce que lui inspire Paul ou plutôt de ce qu’il ne lui inspire plus, au contraire de Kurt dont l’amour la transcende et avec lequel elle peut repousser les limites de la vieillesse. Car ce qui ressort assez intensément de ce livre c’est la peur de vieillir et surtout de perdre ses capacités mentales et physiques. Des peurs que Benoîte Groult voient se matérialiser dans la maladie de Paul et sa lente déchéance. Cette vieillesse Benoîte Groult la redoute et se révolte contre elle. Elle ne cache pas d’ailleurs avoir effectué des liftings pour essayer d’atténuer les effets de l’âge même si elle sait le combat perdu d’avance.   

« J’aimerais rendre Kurt heureux : ce me serait si facile et j’aurais, en plus, le temps de vivre pour moi. Je n’ai plus envie d’aimer un Sartre ou un BHL : trop intelligents. Je m’ai, merci ! Je ne leur arrive pas à la cheville, mais je me distrais suffisamment et je m’exploite, ce qui me fait vivre. Bien sûr, c’est dix ans trop tard : Kurt est un peu trop figé malgré la folie de son amour pour moi. Je sais maintenant pourquoi j’ai dit non autrefois à sa demande en mariage, et pourquoi aujourd’hui je dirais oui, si j’étais libre. » 

Benoîte Groult était aussi une femme libre, et c’est ce qui transparaît tout au long des pages. Une femme qui a un amant dont Paul connaît l’existence, une femme qui revendique son droit au plaisir et à la jouissance, une femme qui s’impose en tant qu’écrivain. Mais une femme qui a aussi souffert par amour.

« La nuit, les choses vous apparaissent livides et sinistres. On pourrait préciser qu’à partir de l’âge de vieillesse, elles apparaissent tout simplement comme elles sont. Et le matin, on retrouve l’idiote, la délicieuse joie de vivre. Et la folie des projets. Comme si on ne devait jamais mourir. » 

Ce sont toutes ces facettes qui sont mises en lumière dans ce livre à travers un humour et une clairvoyance infaillibles. Benoîte Groult ne mâche pas ses mots, n’est pas forcément tendre avec ses amis ou les hommes de sa vie. « En fait, Paul est mort une heure sur deux et un jour sur deux. Il s’exerce. » dit-elle de son mari. Et de Kurt, qu’il est un amant fabuleux mais pas très intelligent et que cela la repose intellectuellement. Cela ne la rend pas forcément très sympathique mais démontre une force de caractère qu’elle s’est forgée au fil du temps. 

Ce livre est aussi passionnant à lire à l’aune de celui de Blandine de Caunes, La mère morte, qui prend en quelque sorte la suite de ce Journal en parlant de la maladie de Benoîte Groult, jusqu’à sa mort.  

Journal d’Irlande – Benoîte Groult (Editions Grasset – avril 2018) 

6 commentaires sur “Journal d’Irlande de Benoîte Groult

  1. Oh la la ! J’ai noté « la mère morte » mais je me disais que cela pouvait attendre mais j’ai trop envie de lire celui-ci. Quelle femme exceptionnelle que Benoîte Groult ! Merci pour cette découverte ! Du coup je repars avec 2 livres en plus à lire,ahah je ne sais pas si je dois vraiment te remercier.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s