June de Emmanuelle de Boysson 

Réfugiée dans le ranch de son frère, arrivée à l’aube de sa vie, June Mansfield plonge dans ses souvenirs. Sa rencontre avec Henry Miller a été un véritable séisme dans la vie de la jeune femme. June et Henry se rencontrent au cœur des années 1920. June est alors entraîneuse dans les bars et Henry peine à devenir l’écrivain qu’il espère être, enchaînant les petits boulots. Persuadée du talent de son amant, June se donne pour mission de lui permettre de réaliser ses rêves. Mais les relations des deux amoureux ne vont pas sans tempêtes et la rencontre avec Anaïs Nin va totalement rebattre les cartes de leur couple. 

Emmanuelle de Boysson nous livre ici une biographie romancée de la seconde épouse d’Henry Miller et le portrait d’une femme résolument libre. On connait évidemment le trio Anaïs – Henry – June. On connait peut-être un peu moins les années qui ont précédé et l’histoire du couple que formaient Henry et June.  

On en apprend ici beaucoup sur les années de vache maigre qu’ils ont traversé, les sacrifices consentis par June pour permettre à son mari de se consacrer à l’écriture, sur la manière dont elle a pu l’aider. Mais aussi sur l’ambigüité de leurs rapports, June fuyant un temps à Paris avec sa maîtresse puis jouant de la fascination qu’elle exerce sur Anaïs avant de devoir se rendre à l’évidence quant à la relation qui s’est installée entre Henry et Anaïs.  

“ Il y a toujours eu en elle une petite fille triste qui a appris à sourire et à se battre. Une enfant solitaire qui attendait le baiser du soir de sa mère, une jeune fille profanée. Telle une rivière souterraine, la tristesse coulait en elle et l’eau débordait sans prévenir, selon les caprices de sa météo. Le bonheur n’y changeait rien.” 

On ressent ici parfaitement les forces qui animent June mais aussi ses faiblesses et toute son amertume d’avoir été remplacée dans la vie d’Henry alors même qu’il accède à la reconnaissance littéraire vers laquelle elle l’a accompagné et pour laquelle elle a énormément travaillé.  

Cette personnalité fantasque, éminemment libre et terriblement attachante méritait bien qu’on lui consacre un livre pour lui redonner sa juste place. June n’a cessé de s’inventer des personnalités et des vies, brouillant ainsi les pistes et s’effaçant doucement face au couple mythique que formèrent Anaïs Nin et Henry Miller. Cette biographie romancée lui rend justice et on peut remercier Emmanuelle de Boysson de l’avoir remise en lumière. 

June – Emmanuelle de Boysson (Editions Calmann-Lévy – mars 2022) 

Lire aussi la chronique de Je ne vis que pour toi d’Emmanuelle de Boysson 

Publicité

4 commentaires sur “June de Emmanuelle de Boysson 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s