Les 7 premiers jours de Agathe Colombier Hochberg

Elle et lui. Lui c’est Gabriel. Elle, on ne connaîtra jamais son prénom. Elle et lui rentrent d’un week-end chez ses parents à lui. Elle monte dans le train, lui choisit de rester sur le quai.

C’est l’histoire d’un couple qui se quitte. Sur 7 jours nous suivons leur séparation, alternant le point de vue des deux personnages comme une longue conversation entre eux. Une conversation qu’ils n’arrivent pas à avoir en réalité.

J’ai beaucoup aimé le choix de l’auteur de faire de Gabriel celui qui aime encore et d’elle celle qui trompe et qui ment. Dans la plupart des romans c’est plutôt l’homme qui a le mauvais rôle.

Le personnage féminin n’attire pas forcément la sympathie de prime abord. Elle parait lâche, voulant ménager à la fois son compagnon et son amant sans choisir entre les deux. Elle semble être aussi la plus dure, voire la plus égoïste tournée vers ses envies, ses besoins. Mais de fait, c’est aussi le personnage qui évolue le plus sur ces 7 jours, qui se pose le plus de questions.

« Gabriel aussi m’écrivait de jolis messages, est-ce que je les ai gardés ? Je ne retrouve rien au-delà d’un an, mes changements de téléphone ont eu raison de nos plus beaux échanges. Pourtant, au début aussi, j’étais folle de lui… À partir de quand se sont arrêtés le dialogue amoureux, les déclarations passionnés, les serments et les promesses, les phrases où l’on exprime son désir sans pudeur, l’attente, la bonne entente, celle qui sait qu’elle sera comblée…»

Gabriel de son côté alterne entre tristesse, colère voire haine. On compatit à sa souffrance. Chacun à son tour revient sur les sept années pendant lesquelles ils ont été ensemble et sur les raisons qui les ont amenés à prendre leurs distances jusqu’à ce jour fatal sur le quai de la gare.

J’ai été totalement happée par ce roman. D’abord je voulais savoir si les personnages allaient se remettre ensemble et dépasser cet épisode douloureux et dévastateur (je ne vous le dirai bien sûr pas !). Ensuite le style de l’auteur, la façon d’analyser les sentiments de l’un et de l’autre, de confronter leurs points de vue sur une même histoire, de montrer les failles du couple sont particulièrement maîtrisés sans tomber dans les clichés.

Le roman aborde avec une grande justesse et une belle sensibilité les thèmes universels de la lassitude, de la routine, de la survivance de l’amour, des doutes qui habitent la vie amoureuse.

Les 7 premiers jours – Agathe Colombier Hochberg (Editions Belfond – mai 2019)

Merci aux Éditions Belfond et à NetGalley pour cette lecture

2 commentaires sur “Les 7 premiers jours de Agathe Colombier Hochberg

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s