Trio de William Boyd

Eté 1968 à Brighton, alors que se tourne un film au titre improbable, “L’épatante échelle pour la lune d’Emily Bracegirdle”, le destin de trois personnages liés à ce film va être changé.

Il y a tout d’abord le producteur du film, Talbot Kydd qui doit jongler entre un associé retors, des acteurs caractériels et une homosexualité qu’il a de plus en plus de mal à refouler. Anny Viklund, jeune actrice en devenir qui voit ressurgir dans sa vie un ex-mari peu recommandable. Et enfin, Elfrida Wing, épouse trompée du réalisateur du film, écrivaine en panne et qui cherche l’inspiration dans l’alcool. Ces trois personnages vont, chacun à leur manière, traverser des bouleversements qui vont à jamais modifier le cours de leur vie et vont les conduire à prendre des décisions radicales.

“Si vous voulez savoir à quoi ressemblent vraiment les êtres humains, ce qui se passe dans leur tête derrière ce masque que nous portons tous, alors, lisez donc un roman.”

Wylliam Boyd nous parle ici d’apparences, de secrets, de ce qu’on cache à ses proches mais aussi à soi-même. A travers ces trois personnages perdus et en quête d’une échappatoire à leur mal-être ou à leur passé, l’auteur trace le portrait de trois personnalités au bord de la rupture. En prenant pour cadre le milieu du cinéma, William Boyd met en perspective ce monde fait d’illusions et une réalité plus terre à terre qui n’a que faire de la célébrité.

Le roman est rempli d’un humour féroce et décalé et d’une bonne couche de cynisme et la plume parfois acide de William Boyd n’épargne personne même si on sent chez lui une grande tendresse pour son trio de personnages.

On attendra par contre vainement un rebondissement, un retournement de situation surprenants et qui entretiennent l’intérêt du lecteur. Ainsi, si l’ensemble se lit avec beaucoup de plaisir grâce au style de l’auteur et à son esprit, il peut arriver que l’on ressente un peu de lassitude au fil des plus de 400 pages que compte ce roman. Les égarements et questionnements des trois personnages sont parfois un peu répétitifs mais l’ensemble procure un excellent divertissement et la satire est amusante.

Trio – William Boyd / Traduction d’Isabelle Perrin (Editions Seuil – mai 2021)

7 commentaires sur “Trio de William Boyd

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s