Légende d’un dormeur éveillé de Gaëlle Nohant

De Robert Desnos je ne savais rien, ou si peu. Quelques bribes de poèmes, son appartenance au mouvement surréaliste. Voilà à quoi se résumaient mes connaissances.

Je ne savais rien de l’homme engagé, courageux, amoureux, entré en Résistance auprès du groupe AGIR et qui paiera de sa vie sa volonté de ne pas plier devant l’occupant allemand, de ne pas renoncer à sa liberté de parole et de pensée.

«Plus de larmes, ni de cet attendrissement auscultant de vieilles blessures avec l’espoir qu’elles saignent encore. Accepter de laisser mourir, que s’atténue la trace de ceux dont la respiration nous brûlait, dont l’absence prenait tant de place. […]. Écrire pour relier les solitudes, éclairer l’horizon. Envoyer des signaux de reconnaissance à ceux qui espèrent encore en ces créatures pusillanimes, autodestructrices et désarmantes que sont les hommes. »

Voilà un livre qui nous mène dans les pas de tout ce que la France compte d’artistes, d’écrivains, d’intellectuels dans une période troublée qui va de la fin des années 20 à celle de la seconde guerre mondiale. On y croise Eluard, Aragon, Foujita, Cocteau, Breton, Prévert, Man Ray, Jean-Louis Barrault, et tant d’autres. On y apprend ce que fut la vie de Desnos au sein du groupe des surréalistes, sa volonté de s’émanciper du très dictatorial André Breton. On y découvre ses amours et surtout Youki, muse de Foujita. On y apprend surtout qu’il a bravé les lois allemandes et qu’il s’est engagé avec conviction. Un engagement qui lui sera fatal, puisqu’il sera déporté et mourra en 1945.

Je ne cacherai pas que j’ai eu du mal à entrer dans l’histoire, que je suis restée en retrait pendant quelques temps. Un rien dans le style qui m’a retenue au bord du récit pendant quelques pages. Et puis, petit à petit, je me suis laissée couler dans la poésie et dans l’univers de Robert Desnos à travers les mots de Gaëlle Nohant.

L’auteure dose avec justesse les émotions. Elle nous parle d’une époque, la fin des années 20, légère et insouciante qui laisse place à une époque plus tourmentée où les choix des uns et des autres seront cruciaux. Elle nous dresse le portrait d’un homme touchant qui ne renonce pas, ni à l’amour ni à ses convictions.

« Depuis qu’il a rejoint la Résistance, il croise des hommes oiseaux s’envolant sans cesse vers des branches plus hautes pour échapper aux chasseurs, condamnés à vivre sans passé, sans mémoire, à trancher les liens qui pourraient les trahir, les retenir. »

Le travail de reconstitution est aussi magistral, le pouvoir d’évocation est tel qu’on a vraiment l’impression de vivre tous ces bouleversements en même temps que les protagonistes.

Une lecture passionnante et pour moi la découverte d’un poète qui fut un homme admirable.

Merci à lecteurs.com pour cette belle lecture.

Légende d’un dormeur éveillé – Gaëlle Nohant (Editions Héloïse d’Ormesson août 2017– Le Livre de Poche septembre 2018) – Prix des Libraires 2018

10 commentaires sur “Légende d’un dormeur éveillé de Gaëlle Nohant

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s