La menteuse et la ville d’Ayelet Gundar-Goshen

Nymphea Shalev est une jeune fille de dix-sept ans, plutôt solitaire et peu sûre d’elle. En plus de ses études, elle travaille comme vendeuse chez un glacier de Tel-Aviv et c’est là qu’un événement va tout changer pour elle. Avishaï Milner, chanteur populaire un peu passé de mode entre dans sa boutique. Arrogant, agressif, méprisant, il s’en prend verbalement à Nymphea et va jusqu’à la poursuivre dans l’arrière-cours où elle s’est réfugiée pour échapper à ses insultes. Le ton monte, la jeune fille se met à crier lorsqu’il lui attrape le bras et à ce moment, tout bascule. Alertés, les voisins et les passants s’attroupent et voilà Avishaï arrêté pour tentative de viol sur mineure. Nymphea se laisse embarquer dans cette histoire et se retrouve bientôt propulsée au rang d’icône et de porte-parole des femmes violées. Une occasion pour elle de prendre sa revanche sur tous ceux pour qui elle a l’impression de ne pas compter et d’être enfin dans la lumière. Mais le poids du mensonge n’est-il pas trop lourd à porter, surtout quand un innocent risque de finir en prison ?

Quelle petite pépite que ce livre ! Déjà par le style de l’auteure tout en vivacité et en ironie. Puis par cette galerie de personnages incroyables avec à leur tête Nymphea qui s’enfonce dans son mensonge au point de ne plus savoir comment s’en dépêtrer sans du même coup perdre son aura. Un personnage tout en contradictions, à la fois attachante et agaçante, pour qui on ne peut s’empêcher de ressentir une véritable tendresse.  Avishaï Milner ensuite, ce chanteur gagnant d’un concours qui ne sait comment reconquérir son public et revenir sur le devant de la scène. Un personnage qui suscite pitié et détestation. La petite sœur de Nymphea, Maya, prend aussi une part active à ce récit. Car Nymphea se construit en opposition à cette sœur parfaite, jolie et sociable. Enfin Léo Maimon, qui sait dès le début que Nymphea ment puisqu’il a assisté à l’agression depuis sa fenêtre et qui va se servir de cela pour fréquenter la jeune fille car il ne sait pas comment établir la relation sans la faire reposer sur le chantage qu’il exerce à son encontre.
Un autre personnage viendra s’intercaler dans l’histoire, en contre-point de ce que vit Nymphea. Il s’agit de Raymonde, une vieille dame qui a pris l’identité d’une de ses amies, Rivka, et se fait passer pour une rescapée des camps.

« Pourquoi ne prend-on jamais le soin de cocher le jour du premier mensonge, alors qu’on ne cesse de célébrer le premier mot, le premier jour de CP, le premier baiser ? Chacun de ces premiers-là se dresse tel un drapeau planté en terre inconnue : eh oui j’y suis arrivée. Le premier mensonge, en revanche, n’est généralement pas fêté. S’il y a pourtant un moment que l’on peut parfaitement déterminer, c’est celui où une gamine s’est dit, pour la première fois de sa vie, que peut-être l’invention était préférable à la vérité. »

A travers ce récit, Ayelet Gundar-Goshen dénonce aussi le pouvoir de l’image et la sur-médiatisation. Elle nous décrit une jeune fille qui s’épanouit dans le mensonge au point d’en être transfigurée et de briller sur les plateaux de télévision.

C’est un récit brillant, mené tambour battant dont le suspens repose sur le fait de savoir si Nymphea va finir par dire la vérité et comment les relations des uns et des autres vont évoluer. Les péripéties qui s’enchainent nous font imaginer une fin, puis une autre. On est touché par cette histoire car les personnages nous sont extrêmement familiers, on les regarde se débattre au milieu de leurs mensonges tout à la fois compatissants et amusés. C’est finement observé et totalement jubilatoire !

La menteuse et la ville – Ayelet Gundar-Goshen (Editions Les Presses de la Cité – août 2019)

8 commentaires sur “La menteuse et la ville d’Ayelet Gundar-Goshen

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s