Avril 2019

En avril ne te découvre pas d’un fil… mais lit ce qu’il te plaît !

Encore un joli mois de lecture avec 12 livres lus (dont deux épreuves non corrigées pour les Editions Charleston, dont je ne pourrai pas encore parler pour le moment).

Parlons donc des 10 lectures restantes. Un mois presque exclusivement féminin avec 7 livres écrits par des romancières ! Et 6 romans français parmi mes lectures du mois.

Ce mois-ci a été particulièrement agréable et riche avec de très belles découvertes.

Côté polars, 2 lectures particulièrement haletantes. Tout d’abord le premier roman d’Alex Michaelides, Dans son silence (Editions Calmann-Lévy). Un récit parfait de bout en bout et un dénouement totalement surprenant. Ensuite, le dernier opus d’une trilogie de Linwood Barclay, Vraie Folie (Editions Belfond). Un thriller lu d’une traite !

Parmi les lectures marquantes de ce mois, deux romans ont pour personnages des enfants plein de courage et ont en commun une intensité particulière. J’ai ainsi découvert Jesmyn Ward avec Le Chant des revenants (Editions Belfond), un récit dramatique mais plein de lyrisme. De son côté, Aya de Marie-Virginie Dru (Editions Albin Michel) m’a séduite par son humanité qui sourde à travers cette histoire difficile.

Trois auteures ont amené beaucoup d’émotions dans mon mois de lecture. Elsa Flageul nous raconte une histoire de couple, une histoire de parents, une histoire de mère, une histoire de souffrance et d’espoir dans A nous regarder, ils s’habitueront (Editions Julliard). Avec Sous le soleil de mes cheveux blonds (Editions Stock), Agathe Ruga fait une entrée remarquable dans le monde de l’écriture avec cette histoire d’amitié pleine de sensibilité. Quant à Maggie O’Farrell, elle livre un récit surprenant plein de lyrisme avec I am, I am, I am (Editions Belfond).

Grâce au roman de Rebecca Greenberg, Le Fil d’Argent (Editions Terra Nova), je suis sortie de ma zone habituelle de lecture et cela a été très agréable. Sophie Brocas m’a entraînée dans une histoire mêlant fiction et réalité autour d’une sculpture de Brancusi dans Le Baiser (Editions Julliard), une histoire d’amour et de révélation. Et pour finir, un roman initiatique autour d’une jeune femme en plein questionnement, proposé par Arnaud Lequertier dans La Tectonique de l’être (Auto-Editions).

Côté personnel, beaucoup, beaucoup de travail. Assez peu de temps pour d’autres activités, mais je suis parvenue à me remettre au yoga. Et ça, c’est une bonne nouvelle !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s