Quand Illiers devint Illiers-Combray

Située dans le département d’Eure-et-Loir, la jolie ville d’Illiers doit à l’un de nos illustres auteurs français son changement de nom. Devenue Illiers-Combray en 1971, la commune doit en effet beaucoup à Marcel Proust.

Le romancier s’est inspiré de la ville où il passait ses vacances d’enfance pour créer la ville de Combray que l’on retrouve dans le premier tome de A la Recherche du Temps Perdu, Du côté de chez Swann.

Un circuit dans les pas de Marcel Proust nous emmène à travers les rues, à la découverte des lieux qui ont marqué sa jeunesse.

Revenons tout d’abord sur La Maison de tante Léonie. En réalité, la tante de Marcel se prénommait Elisabeth et il passa ses vacances, entre 6 et 9 ans, dans cette maison. La façade, avec sa mosaïque, est particulièrement notable, ainsi que le petit jardin. On se plait à imaginer le petit Marcel jouant à l’extérieur ou lisant dans le salon oriental.

Un autre lieu d’Illiers-Combray se retrouve dans Du côté de chez Swann. Il s’agit du jardin exotique du Pré Catelan. Dessiné par Jules Amiot, oncle de Marcel, ce jardin se nomme Tassonville dans l’œuvre de Proust. Ce lieu préservé invite à la flânerie et à se poser sous les arbres pour un moment de lecture.

En 2019, Illiers-Combray est plus que jamais placé sous le patronage de l’illustre auteur avec un événement qui se déroule du 11 au 19 mai, le Printemps Proustien. Une semaine qui célèbre le centenaire du Prix Goncourt reçu par Marcel Proust pour A l’ombre des jeunes filles en fleurs, et un retour aux sources pour l’écrivain grâce à de nombreuses lectures et rencontres.

Mais Illiers-Combray est aussi atypique à plus d’un titre et j’en veux pour preuve la rencontre insolite que nous avons faite du curé de l’église Saint-Jacques. Entrés là pour découvrir ce joyau de l’art gothique flamboyant, nous avons été interpellés par le locataire des lieux qui, avec son oiseau sur l’épaule, nous a proposé une visite des lieux. Après nous avoir raconté l’histoire de l’église et notamment sa reconstruction par Florent d’Illiers, compagnon de Jeanne d’Arc au XVème siècle, l’abbé Jean-Pierre Cornic nous fait une proposition incroyable : monter vers la voûte ! De là-haut, une vision incroyable s’offre à nous. On peut ainsi apprécier toute la subtilité des peintures et tout le travail incroyable qui a permis de créer la charpente et la voûte.

Bien sûr, l’église Saint-Jacques se trouve aussi dans l’œuvre de Proust, mais il est probable que le vitrail dont il parle ne soit plus visible car la plupart des vitraux ont été refaits après la seconde guerre mondiale.

Je ne saurais que trop conseiller d’aller faire un tour à Illiers-Combray. Pour les amateurs de Proust et les autres, ces lieux remplis d’histoire(s) sont une invitation à l’apaisement et à la quiétude.

7 commentaires sur “Quand Illiers devint Illiers-Combray

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s