L’Hôtel du Cygne de Zhang Yueran 

Yu-Ling s’est laissée convaincre par son petit ami de simuler le kidnapping de Dada, le petit garçon de 6 ans dont elle est la nounou. Mais alors qu’ils s’apprêtent à mettre leur plan à exécution et à récupérer une rançon qu’ils espèrent conséquentes le grand-père de Dada est arrêté pour corruption entraînant le reste de la famille dans sa chute. Yu-Ling se retrouve alors seule avec le petit garçon. Les voilà tous les deux dans la grande maison familiale où Dada a installé un hôtel sous une tente pour accueillir tous ceux qui, comme lui, n’ont pas d’amis. Le premier invité de cet Hôtel du Cygne est une oie que Dada a sauvée de l’abattoir et dans laquelle il est persuadé de voir un cygne.  

A travers ces deux personnages livrés à eux-mêmes Zhang Yueran explore plusieurs aspects de la société chinoise. Les relations familiales, ou plutôt les non-relations, dans une famille ultra-riche. Les disparités entre les classes et les arrangements pour se procurer de l’argent. La corruption. La solitude d’un enfant livré uniquement à des nounous et qui vit sans l’amour ni l’attention de ses parents. Des thématiques assez universelles et qui font qu’on ne se sent pas dépaysé par ce roman alors même qu’il se passe en Chine.  

“Elle savait que beaucoup de gens la trouvaient bizarre, avec son incapacité à soutenir le regard, sa mine sombre et sa réticence à discuter avec ses employeurs. Mais elle n’avait pas son pareil pour s’occuper des enfants : elle était une nounou attentive et efficace, qui trouvait toujours le moyen de se faire obéir.” 

Au fil du roman on apprendra les drames que Yu-Ling a dû affronter, on comprendra la relation qu’elle entretient avec Dada, on sourira parfois à l’innocence du petit garçon. Ces deux êtres sont aussi touchants car ils sont au final essentiel l’un pour l’autre, leurs deux solitudes se rencontrant pour former une nouvelle cellule familiale certes bancale mais qui leur est indispensable.  

J’ai éprouvé un véritable plaisir à lire de nouveau la plume de Zhang Yueran dont Le Clou m’avait particulièrement enchantée. Si je n’ai pas retrouvé la force de ce précédent roman, j’y ai toutefois retrouvé la sensibilité et l’élégance d’un style qui va à l’essentiel et qui sait créer une véritable atmosphère.  

L’Hôtel du Cygne – Zhang Yueran / Traduction de Lucie Modde (Editions Zulma – septembre 2021) 

5 commentaires sur “L’Hôtel du Cygne de Zhang Yueran 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s