Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon de Jean-Paul Dubois 

Depuis deux ans, Paul Hansen purge une peine de prison à Montréal dans une cellule qu’il partage avec un Hells Angel coupable de meurtre, Horton. Au fil du récit le lecteur apprendra pour quelle raison il a été emprisonné. En parallèle, Paul raconte son enfance à Toulouse entre un père pasteur danois et une mère qui tient un cinéma d’arts et d’essais. Il revient aussi sur ses vingt années passées comme superintendant dans un immeuble de standing et sur son histoire d’amour avec Winona. 

Un livre de Jean-Paul Dubois ne déçoit jamais et celui-ci est carrément exceptionnel. Tout y est. Les personnages, le style, l’humour, l’émotion. Oui, la vie de Paul Hansen n’est pas un long fleuve tranquille et il a traversé bien des difficultés, la dernière en date n’étant pas des moindres. Mais Jean-Paul Dubois ne tombe jamais dans la sensiblerie et l’affliction totale. L’auteur parvient à maintenir un juste équilibre entre la cocasserie de certaines situations et les drames qui émaillent la vie de son personnage principal.  

“ La détention allonge les jours, distend les nuits, étirent les heures, donne autant une consistance pâteuse, vaguement écœurante. Chacun éprouve le sentiment de se mouvoir dans une boue épaisse d’où il faut s’extraire à chaque pas, bataillant pied à pied pour ne pas s’enliser dans le dégoût de soi-même. La prison nous ensevelit vivants. Les courtes peines peuvent espérer quelque chose. Les autres sont déjà dans la fosse commune. Et si d’aventure on leur accorde une remise de peine, ils iront, à un moment, respirer l’air du dehors, mais reviendront ici, dans la maison des réprouvés, où on les appelle par leur nom, où on les traite comme des animaux de ferme.” 

Paul Hansen est un être fondamentalement bienveillant et empathique que les événements ont poussé dans une mauvaise direction. Sa détestation de l’injustice, des bureaucrates et des petits chefs l’a fait basculer. Et on ne peut que s’attacher à lui.  

Ce roman est bourré de tendresse, d’amour et de mélancolie. Il nous montre aussi comment un adulte se construit à partir de ce qu’il a vécu enfant. C’est probablement, pour le moment, le meilleur des livres de Jean-Paul Dubois (même s’ils méritent tous d’être lus !). 

Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon – Jean-Paul Dubois 

(Editions Points – mars 2021) – Goncourt 2019 

6 commentaires sur “Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon de Jean-Paul Dubois 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s