Là où l’on n’a pas pied de Fabio Genovesi

Fabio est un petit garçon de six ans qui vit au milieu d’une famille totalement fantasque au cœur de l’Italie. Fils unique, dépourvu de cousins, il est le seul enfant de la famille Mancini et une sorte de petit roi d’un univers très fermé qui compte dix grands-pères, un père taiseux qui répare tout sur son passage, une mère aimante qui veut absolument le protéger des réalités de la vie et une grand-mère qui vit dans le souvenir de son mari disparu.

Les grands-pères sont en fait des grands-oncles totalement excentriques et hors du monde et Fabio apprend grâce à eux plein de choses passionnantes que l’école ne lui inculquera jamais ! 

On suit Fabio de ses six ans à ses treize ans et l’histoire se déroule à hauteur d’enfant. Un enfant certes naïf mais qui porte un regard plein de pertinence sur le monde et l’absurdité de l’âge adulte.  

C’est drôle, les situations rocambolesques voire invraisemblables, s’enchaînent, surtout dues à la présence de ces dix oncles tous plus barrés les uns que les autres et aux questionnements de Fabio sur la vie, la nature, les rapports humains. 

« Je regrette pour le thé que tu as reçu, Martina, mais je suis heureux que tu ne sois pas morte. Que tu assistes au cours de basic. Qu’on soit ensemble devant nos vélos et que tu sois vivante. Voilà ce que j’aurais aimé répliquer. Sauf que les belles choses sont comme les laides : elles restent coincées dans votre gorge pendant que vous dites des choses moyennes. Le meilleur de nos conversations reste toujours enfermé en nous, et meurt dans l’obscurité. » 

A travers des événements douloureux ou plus légers Fabio traverse l’enfance accompagné de l’amour de se famille, légèrement en décalage par rapport aux autres enfants et en vivant des expériences qui vont faire naître chez lui une véritable vocation de conteur. 

On aurait presque envie d’avoir la même enfance libre et heureuse que Fabio !  

J’ai traversé ce récit avec tour un tour le rire aux lèvres et les larmes aux yeux. Grâce à la fantaisie et à l’humour de l’auteur, je me suis attachée à ce petit garçon et à sa famille. Même si je me suis demandée au cours des premières pages où le roman allait, je me suis finalement laissée transportée. 

Ce récit démontre avec justesse que ce qui importe, plus que de vivre dans une norme étriquée, est de laisser leur place aux rêves et à la fantaisie. 

Là où l’on n’a pas pied – Fabio Genovesi (Editions JC Lattès – septembre 2019) 

6 commentaires sur “Là où l’on n’a pas pied de Fabio Genovesi

      1. Tu fais bien de me le dire car je peine avec les livres qui sont longs à démarrer et ai tendance à abandonner si les 100 premières pages lues, je n’accroche pas

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s