🤣 de Frédéric Beigbeder

Octave Parango revient sous la plume de Frédéric Beigbeder pour un troisième opus toujours aussi décapant. Après avoir exploré les milieux impitoyables de la publicité avec 99 Francs et de la mode dans L’Idéal, c’est le monde du divertissement et de l’humour que l’auteur passe à la moulinette.

Chroniqueur humoristique dans la première matinale de France, Octave débarque un matin sans avoir préparé le moindre texte. Autant dire que ça ne va pas du tout plaire et qu’Octave est aussitôt prié d’aller exercer ses talents ailleurs.

Octave, double-miroir de l’auteur (est-il besoin de le préciser) retrace alors pour le lecteur la nuit qui a précédé sa prise d’antenne et son sabordage en direct. Un long périple à la fois drôle et désabusé qui lui donne l’occasion d’une analyse au scalpel de cette course effrénée au rire et à l’humour où tout est bon pour faire un bon mot, sans tenir compte de la véracité ou des conséquences des propos tenus.

« L’humour est une dictature parce qu’il n’autorise jamais de droit de réponse. C’est son apparente légèreté qui le rend si implacable. Si tu te plains, tu passes pour quelqu’un de chiant, lourd et susceptible. L’humour est une fake news avec un éclat de rire derrière et Octave était complice de ce système. »

Frédéric Beigbeder dissèque cette immunité qui donne le droit à toute personne de se moquer d’une autre du moment que la blague est suivie d’un « mais c’est pour rire ! », et cela d’autant plus si la personne qui fait la vanne est un soi-disant humoriste qui sera pardonné quoiqu’il puisse dire.

Ce livre est à la fois désenchanté et totalement jubilatoire. Frédéric Beigbeder règle ses comptes avec ceux qui furent ses collègues mais ne s’épargne pas non plus dans cette satire désopilante.

« Le smiley est une onomatopée dessinée, un borborygme illustré, une réduction du langage a minima. Les ennemis de l’intelligence auront gagné quand les romans auront pour titre ces petits visages à la géométrie stupide. »

Sur fond de révolte des gilets jaunes, la déambulation nocturne d’Octave est aussi l’occasion de revenir sur sa vie mondaine et bourgeoise, en avouant ses peurs et ses lâchetés alors que le monde dans lequel il a vécu ses plus belles années est définitivement révolu. Si ce livre est cynique, il est aussi un rien nostalgique d’une époque plus libre, plus riche, plus folle, moins étriquée.

🤣 – Frédéric Beigbeder (Éditions Grasset – janvier 2020)

6 commentaires sur “🤣 de Frédéric Beigbeder

  1. Oui, lecture jubilatoire même si le cap des 3/4 h du matin fut plus difficile pour moi ! 😉 Cet Octave Paringot s’est trouvé dans la tourmente du livre de Vanessa Springira pour rappeler à son auteur ses positions de critique littéraire. Du coup, ce roman fut éclipsé. Mais, c’est juste de lui faire une place sur nos étagères car sa critique de l’humour est un petit condensé d’intelligence et de vivacité d’esprit ! Merci pour ce partage !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s